• back
  • 6.3-COMMERCE ÉLECTRONIQUE-LE POINT POUR SUPPRIMER LE PAPIER DU COMMERCE DU CAFÉ: UN EXEMPLE

  • header fr
  • Le point pour supprimer le papier du commerce du café: un exemple

     
     

    Pourquoi? 

    Particulièrement, les grandes entreprises ont automatisé leurs systèmes de paperasserie en se liant avec des portales d'embarquement, et parfois avec des fournisseurs et/ou des acheteurs. Néanmoins, comme nous l'avons déjà expliqué dans la section 06.01.03, presque tout le commerce du café continue de reposer pour une très grande part sur la documentation papier. Si les négociations à proprement parler sont menées par téléphone, télécopie, et courrier électronique, les accords définitifs tels que les contrats, les ordres de livraison, les connaissements, les lettres de crédit et autres documents vitaux appellent une signature traditionnelle et continuent a être présentés physiquement aux différentes parties. 

    En outre, la qualité et le type de documents d'expédition qui circulent peuvent être  extrêmement variables et les retards peuvent être considérables lorsque des documents erronés doivent être retournés et représentés, ou que la libération de la cargaison est retardée car les documents ne sont pas disponibles, ce qui crée des frais significatifs et inutiles.

    Selon l'Organisation mondiale du commerce le coût du papier dans les documents d'expédition et les dépenses connexes inutiles atteignent pas moins de 7 % de la valeur de tous les échanges commerciaux internationaux (soit un coût de US$ 420 milliards en 1996). De toute évidence l'idée d'un système permettant de délivrer des documents électroniques originaux avec des signatures électroniques originales, 24 heures sur 24, 7 jours par semaine, est particulièrement alléchante. Économies mises à part, ceci contribuera aussi à éliminer les couches intermédiaires telles que les courtiers, les agents et les succursales dans les pays producteurs de café.

    Les banques et autres intervenants dans la chaîne commerciale sont très intéressés tant par la sécurité électronique que par la normalisation de la documentation commerciale. Considérées conjointement, à condition que des normes claires et exécutoires s'appliquent, elles donneraient la certitude que les documents d'expédition présentés sont valables et négociables, ce qui n'est pas toujours le cas à l'heure actuelle.

    Pour nombre d'exportateurs le laps de temps entre l'expédition effective et la réception du paiement, effectué par transmission physique de documents papier, peut aller de 15 à 25 jours. Grâce à un véritablesystème sans papiers, le transfert des documents, le transfert du titre et le règlement financier peuvent ne prendre que 4 jours voire moins, en fonction de la complexité de l'opération. Par exemple:

    Circulation habituelle des documents traditionnels

    Jour 1

    Le café est chargé

    Jour 2

    Le transporteur prépare le connaissement

    Jour 3

    Le chargeur reçoit le connaissement (parfois beaucoup plus tard dans certains pays producteurs de café)

    Jour 4

    Le chargeur transmet le connaissement à la banque

    Jour 5

    La banque reçoit le connaissement

    Jour 6

    Jour non ouvrable

    Jour 7

    Jour non ouvrable

    Jour 8

    La banque traite les documents

    Jour 9

    Les documents transitent vers une banque européenne sélectionnée

    Jour 10

    Les documents transitent vers une banque européenne sélectionnée

    Jour 11

    La banque européenne reçoit les documents

    Jour 12

    La banque européenne envoie les documents à l'acheteur

    Jour 13

    Jour non ouvrable

    Jour 14

    Jour non ouvrable

    Jour 15

    L'acheteur reçoit et traite les documents

    Jour 16

    Le paiement est effectué

    Jour 17

    Le chargeur reçoit le paiement

    Circulation habituelle des documents dans le système électronique 

    Jour 1

    Le café est chargé, le connaissement est préparé par le transporteur et transmis instantanément au chargeur. Le chargeur utilise le connaissement pour générer d'autres documents. Le chargeur transmet à une banque européenne sélectionnée.

    Jour 2

    Les documents sont reçus et traités par la banque. La banque transmet à l'acheteur.

    Jour 3

    L'acheteur traite les documents et effectue le paiement.

    Jour 4

    Le chargeur est crédité du paiement.

    Il est clair que les avantages varieront d'un pays à l'autre, mais il est indéniable que ces avantages peuvent être considérables, en particulier lorsque le crédit est limité et coûteux, et lorsque les exportateurs dépendent d'une rotation rapide de leurs capitaux. Cependant, comme nous l'avons expliqué dans la section 06.01.03, le commerce caféière n'a pas encore accepté entièrement les systèmes sans papiers, et il donc semble qu'ils sont satisfaits avec une solution partielle. Néanmoins, il est bon à savoir comment de tels systèmes sans papiers réellement fonctionnent conformément expliqué dans les sections suivantes.

    Mis à jour 11/2007