• back
  • 10.2.4-LE RISQUE ET LE LIEN AVEC LE CRÉDIT COMMERCIAL-LIMITE FINANCIÈRE

  • header fr
  • Limite financière

     
     
    La limite de volume a pour objectif d'éviter un risque excessif. Cependant, à un prix de US$ 2 000 la tonne, une limite de 500 tonnes longue ou courte représente US$ 1 million, mais à US$ 4 000 la tonne la même limite de 500 tonnes représente US$ 2 millions. Ainsi, à US$ 2 000 la tonne, US$ 1 million est nécessaire pour couvrir une position courte de 500 tonnes; deux fois cette somme si le prix passe à US$ 4 000 la tonne. À l'inverse, à US$ 2 000 la tonne une position longue de 500 tonnes coûte US$ 1 million pour être financée mais US$ 2 millions à US$ 4 000 la tonne. De toute évidence, parce que les exportateurs opèrent sur du café physique qui doit être financé, la limite de volume en soi ne suffit pas.

    Une limite financière est également nécessaire pour s'assurer que l'opération, le portefeuille, puissent être financés. Cependant, la limite de volume est tout aussi importante. Un changement de prix de US$ 200 la tonne défavorable à l'exportateur signifie une perte de US$ 100 000 pour 500 tonnes; deux fois plus si des prix inférieurs ont fait que la limite financière à permis une position de 1 000 tonnes. Pour citer un exemple réel, en décembre 1999 l'indicateur de l'OIC pour les "autres doux" s'établissait à 124 cents la livre à quai port convenu : fin décembre 2001 le même indicateur était passé en dessous de 60 cents la livre.

    Ces deux types de limites sont par conséquent nécessaires pour se protéger contre les risques de variation radicale des prix. La limite financière se déclenche lorsque les prix augmentent, et la limite de tonnage se déclenche lorsque les prix chutent. L'objectif est d'éviter de dépasser sa capacité financière ou de subir dans le cadre des transactions des pertes insurmontables.

    En ajoutant la troisième catégorie de positions (les chargements en attendant et les créances) le rapport de position quotidien fera état à la fois des fonds utilisés par catégorie, ainsi que de l'exposition commerciale totale de l'entreprise. Les contrats non exécutés, les expéditions en cours et les créances devraient être subdivisés pour montrer la position totale pour chaque client.

    La combinaison des limites financière et de volume est également importante pour ceux qui interviennent sur les marchés à terme où l'effet de levier financier ou le ratio d'endettement peuvent permettre aux opérateurs de transformer, par exemple, un investissement de marge de US$ 100 000 en une position sur café de US$ 500 000 (s'ils sont autorisés à négocier dans une proportion de 5 contre 1). Dans ce cas de figure, un bénéfice de 1 % sur une position signifie un bénéfice de 5 % sur l'investissement à proprement parler; inversement, une perte de 1 % sur une position signifie 5 % de moins sur l'investissement. (Pour les opérations à terme la limite de volume serait exprimée en nombre de contrats standards.)