• back
  • 10.2.6-LE RISQUE ET LE LIEN AVEC LE CRÉDIT COMMERCIAL-RISQUE DE CHANGE

  • header fr
  • Risque de change

     
     

    L'essentiel du commerce mondial de café est exprimé en dollars des États-Unis et le café est ce qu'on appelle un produit de base du dollar. Mais dans de nombreux pays producteurs la monnaie locale n'est pas indexée sur le dollar. Les exportateurs risquent donc que le taux de change du dollar évolue de manière défavorable par rapport à leur monnaie locale, affectant à la fois les recettes à l'exportation et les prix intérieurs du café.

    Habituellement le risque de change peut être limité en empruntant dans la devise dans laquelle est réglée la vente, à condition que la réglementation locale permette de couvrir ces avances en devises avec les recettes à l'exportation.

    Si les avances sont immédiatement converties dans la devise locale qui a son tour est immédiatement utilisée pour régler la marchandise au comptant dont l'expédition sera facturée en dollars des États-Unis, alors le coût de la marchandise est exprimé en dollars et non dans la devise locale. Si le coût de la marchandise représente disons 80 % de la valeur marchande alors on peut dire que l'exposition au risque de change est limitée. Mais dans de nombreux pays les banques locales ne sont pas en mesure de consentir des avances substantielles en dollars des États-Unis.

    L'histoire montre que dans la plupart des pays producteurs de café la monnaie locale risque davantage de se déprécier (les exportateurs devraient tirer avantage des stocks achetés dans la devise locale) que de s'apprécier (les exportateurs risquent fort d'être perdants car ils encaisseront moins de devises locales à l'exportation).

    Mais de nombreux exemples ont également montré que l'évolution de la monnaie locale peut être défavorable aux exportateurs, par exemple du fait de l'intervention des autorités monétaires locales. Les entreprises et les banquiers abordent le risque de change de différentes manières, mais le principe directeur devrait toujours être que l'exportation de produits de base et la spéculation sur devises ne font pas bon ménage.

    L'exposition au risque de change éventuel doit par conséquent faire l'objet de rapports et d'un suivi exactement comme le risque purement lié au négoce de café. (Dans de nombreux pays producteurs de café le risque de change peut être couvert, mais la complexité des marchés des changes et des transactions sortent du cadre du présent site Web.)