• back
  • 2.1.1-LES MARCHÉS DES CAFÉS-CONTEXTE

  • header fr
  • Contexte

     
     

    La structure du commerce du café en Amérique du Nord, dans la plupart des pays d'Europe occidentale et au Japon est très semblable. Le café est généralement acheté aux pays exportateurs par des maisons de négoce (trade houses), des négociants et des marchands. Les très gros torréfacteurs européens disposent aussi de leurs propres sociétés d'achat internes qui traitent directement à l'origine. Dans l'ensemble, les torréfacteurs ont néanmoins tendance à acheter leur café auprès de maisons de négoce internationales ou d'agents importateurs spécialisés qui représentent des exportateurs donnés dans les pays producteurs.

    Le commerce international joue un rôle essentiel dans la commercialisation et la distribution du café à travers le monde. Le café est généralement vendu FOB (franco bord) mais nombre de torréfacteurs, en particulier aux États-Unis, préfèrent s'approvisionner sur une base ex-dock, et les petits torréfacteurs préfèrent souvent acheter des lots de petite taille rendus entrepôt ou départ entrepôt. Ceci laisse une place considérable aux divers intermédiaires intervenant dans le commerce et qui jouent un rôle utile, bien que la concentration croissante du côté des torréfacteurs ait conduit à une baisse marquée de leur nombre.

    Au fond, le commerce du café contribue à la circulation du café du pays exportateur jusqu'au torréfacteur. Les marchands et les négociants sont responsables du déchargement du café du navire dans lequel il arrive et prennent toutes les dispositions nécessaires pour assurer la livraison du café au torréfacteur. Utilisant les marchés à terme soit à des fins de couverture soit comme référence de prix, les marchands offrent aux torréfacteurs des variétés de café effectif livrables de 1 à 18 mois plus tard. Un grand nombre de ces ventes, en particulier dans le cas d'expéditions ultérieures, sont appelées des ventes à découvert : le vendeur se procurera le café vert requis à une date ultérieure.

      Dans la plupart des cas ces positions sont vendues à prime ou avec décote (différentiel) par rapport au prix du mois de livraison approprié sur les marchés à terme de Londres ou de New York [vendre "prix à fixer" - PTBF (price to be fixed) Voir sections 08.00 et 09.00 Marchés à Terme et Opérations]. Ceci donne au torréfacteur le droit de fixer le prix pour chaque position d'expédition au moment de leur choix, généralement jusqu'au premier jour de livraison du mois en question. Certains torréfacteurs peuvent vouloir un contrat distinct pour chaque position, alors que d'autres pourraient avoir un seul contrat pour six positions d'expédition, par exemple juillet à décembre.

    Bien évidemment vendre à si longue échéance comporte des risques considérables. Dans certains cas il est possible que le café n'ait même pas encore été récolté. Afin de réduire les risques encourus, les marchands offrent donc parfois des transactions avec livraison différée sous forme de livraisons d'un panier de cafés acceptables plutôt que de s'engager à fournir une origine unique. Ces transactions sont moins fréquentes aujourd'hui qu'elles ne l'étaient par le passé mais restent un élément saillant du commerce du café dans de nombreuses parties du monde. Des exemples types de ces paniers sont donnés ci-dessous :

    • Guatemala Prime Washed, et/ou El Salvador Central Standard, et/ou Costa Rica Hard Bean, versus les mois d'échéance appropriés sur le marché à terme de New York.
    • Ouganda Standard Grade, et/ou Côte d'Ivoire Grade 2, et/ou Inde Robusta Grades AB/PB/EPB, versus les mois d'échéance appropriés sur le marché à terme de Londres.

    Ces paniers représentent les cafés pouvant être utilisés aux même fins dans de nombreux mélanges de café torréfié; les marchands peuvent s'acquitter de leurs obligations de livraison en fournissant un des types spécifiés. La qualité de tout lot expédié devrait toutefois être approuvée par le torréfacteur.

    Tout le café n'est pas toujours immédiatement vendu à un torréfacteur. Avant son arrivée un lot de café peut être négocié à plusieurs reprises avant d'être finalement vendu à un torréfacteur. Cette négociation portant sur du café effectif ne devrait pas être confondue avec la négociation de contrats de café sur les marchés à terme. Étant donné que l'offre est variable, le marché du café est par définition instable et se caractérise par d'amples fluctuations de prix.
    Le marché à terme joue par conséquent un rôle important dans le négoce du café, tout comme pour d'autres marchandises, en jouant le rôle d'institution qui transfère le risque de fluctuation des prix à des spéculateurs et aide à fixer les niveaux de prix. Ces marchés ne traitent pas des quantités significatives de café physique, bien que les négociants livrent à l'occasion du café ou prennent livraison de café dans le cadre de contrats n'ayant pas été liquides. Les intervenants dans ce secteur d'activité utilisent principalement les marchés à terme à des fins de couverture.

    La structure du négoce dans d'autres pays importateurs est en règle générale semblable même si des différences peuvent naturellement exister. Dans certains pays, comme les pays nordiques, il n'existe pas des négociants/opérateurs (dealers) ou d'importateurs principaux en tant que tels mais simplement des torréfacteurs et des courtiers/agents. Dans d'autres, comme en Europe de l'Est, les importateurs importent soit directement soit de plus en plus via les maisons de négoce internationales basées dans les principaux centres de café que sont Hambourg, Anvers, Le Havre,  et Trieste.