• back
  • 5.1.4-LOGISTIQUE ET ASSURANCE-FRET MARITIME ET SURCHARGES OU SURFRETS

  • header fr
  • Fret maritime et surcharges ou surfrets

     
     

    Le fret maritime est pour la plupart calculé en tant que somme forfaitaire par conteneur, indépendamment de la charge marchande. Les conteneurs pour le vrac sont habituellement expédiés FCL/FCL (coûts de chargement et de déchargement non inclus dans le taux de fret), alors que le café en sacs en conteneurs est embarqué LCL/FCL (chargement supervisé par la compagnie de navigation et coût compris dans le taux de fret) ou FCL/FCL. Le coût du chargement et du déchargement des conteneurs varie d'un terminal de conteneurs à l'autre et d'une compagnie de navigation à l'autre, parfois dans des proportions considérables et peut bien devenir une question d'importance.

    Le fret maritime comprend des éléments variables qui échappent au contrôle des compagnies de navigation. Les plus importants sont le coût du carburant et les variations des taux de change. Si une compagnie de navigation européenne se met d'accord sur un taux de fret exprimé en dollars des États-Unis, une variation du taux de change entre le dollar et l'euro se reflétera sur ses recettes. Pour éviter la spéculation sur les fluctuations potentielles des prix du carburant ou des devises, les contrats de fret permettent des ajustements des prix en cas de changement notable.

    Les surfrets dus à l'ajustement des prix du carburant sont appelés surfrets de combustible (BS - bunker surcharge) ou surcharge fuel (BAF - bunker adjustment factor). Ils sont généralement appliqués sous forme de somme par conteneur. Une surcharge due aux fluctuations de la devise est appelée coefficient d'ajustement monétaire (CAF - currency adjustment factor), exprimée en pourcentage de la somme du fret. BS ou BAF sont appliqués au taux de fret de base, et CAF à la somme qui en résulte. Les contrats peuvent également prévoir des surcharges lorsque d'autres coûts changent, tels que les taxes portuaires ou les péages sur les routes maritimes et les canaux. Les conférences peuvent également relever les taux de fret à titre extraordinaire vers ou en provenance des ports où la congestion entraîne des retards excessifs pour les navires. Des taux de fret "tout compris" sont également disponibles, en particulier pour les gros chargeurs et réceptionnaires. Il s'agit de taux qui restent fixes pendant un laps de temps donné pendant lequel aucune surcharge BAF ou CAF ne peut être imposée.

    Le risque de guerre est une tout autre cause potentielle de surfret; les armateurs répercuteront les primes d'assurance plus élevées qu'ils sont démandées de payer pour les navires opérant sur des voies commerciales difficiles ou dangereuses. Ce type de coût imprévu est le fruit d'un cas de force majeure et peut être imputé aux chargeurs ou aux réceptionnaires, habituellement à un taux forfaitaire par conteneur. Voir 05.05.09 pour plus sur ceci.

    Le coût du fret revêt une grande importance pour les pays producteurs car pour le torréfacteur le coût réel du café est le prix "usine de torréfaction débarqué". Si les cafés achetés au pays A et au pays B sont utilisés aux mêmes fins, les deux qualités peuvent se substituer et leur prix devrait donc être le même.

    Si par exemple le fret en provenance du pays A est 1 cent la livre plus élevé que le fret en provenance du pays B, alors le prix demandé par A devrait être 1cent la livre inférieur pour correspondre au coût débarqué. Et si les taux de fret en provenance du pays B diminuent alors le prix FOB ou le différentiel pour ce café devra augmenter dans les mêmes proportions.

    Les taux de fret fluctuent sans cesse et sont également négociables. Il est fort probable que des compagnies différentes appliqueront des taux différents pendant une même période de temps, ce qui rend inutile l'énumération des taux réels dans le présent guide. Il est bien plus important de bien saisir les principes généraux qui régissent le fret. Les taux de fret sont souvent régis par des facteurs plus nombreux et plus complexes que, par exemple, les distances couvertes.

    Le Comité de logistique de la Fédération européenne du café (FEC) rencontre régulièrement avec chaque compagnie maritime d'importance dans le transport du café pour passer en revue les questions de l'intérêt commun incluant notamment de changements dans la production et la demande de café, des évolutions portuaires à l'origine et à destination, des questions techniques et physiques (telles que l'hygiène et la sécurité des aliments) et d'autres sujets liés à la logistique du café et les niveaux de service. Toutefois, compte tenu de l'imminent suppression (Octobre 2008) imposé par l'Union européenne, de l'exemption des règles antitrust pour les Conférences maritimes, ces vieux contacts traditionnels entre le Comité de logistiques FEC et les conférences ont perdu beaucoup de leur pertinence.

    Reste cependant à voir comment les lignes de transport maritime pourraient s'organiser à l'avenir, par exemple, comme quelque sorte d'associations commerciales. Cependant, l'ancienne pratique de fournir un taux de fret indicatif (qui peuvent être utilisés comme étalon pour aider les petits chargeurs) cessera d'exister. Au lieu de cela, comme déjà devenait la pratique principal, les chargeurs et les réceptionnaires négocieront des accords de fret individuels avec les compagnies de navigation, parfois à l'échelle mondiale. En conséquence, le taux de fret réel pour de nombreux réceptionnaires ne sont toutefois pas connu de tous; avec nombre de connaissements stipulant simplement "fret selon accord" ou "fret payable à destination".

    Les portails sur le fret sur Internet mettent en présence les cargaisons à expédier et l'espace disponible, et vice versa. Les taux de transport par camion et de fret peuvent être cherchés et proposés afin que les gros chargeurs et réceptionnaires puissent assez facilement demander aux transporteurs et aux compagnies de navigation de soumissionner pour certaines cargaisons terrestres et maritimes. Il s'agit là d'une évolution rapide de la situation qui permet aux gros utilisateurs du transport maritime et terrestre d'obtenir des taux compétitifs.

    Et l'attention grandissante qu'on porte aux problèmes de sécurité a de plus en plus tendance à favoriser la piste de l'audit, avec le suivi de tous les cargos conteneurisés. Ainsi, l'importance et l'étendue des fonctions des portails sur le fret grandissent de plus en plus, aussi à cause du mouvement général vers l'information et la documentation électronique partagées dans le transport et le négoce de matières premières en général. Le café ne fait exception à cela. (consultez le site web  www.inttra.com ou le site web de quelque autre grande ligne de transport maritime   en guise d'exemple).



    Mis à jour 11/2007