• back
  • 13.3.3-LE CHANGEMENT CLIMATIQUE ET L'INDUSTRIE DE CAFÉ-ADAPTATION AU CHANGEMENT CLIMATIQUE DANS LA PRATIQUE

  • header fr
  • Adaptation au changement climatique dans la pratique

     
     
    Les bonnes pratiques agricoles aident automatiquement à conserver les sols et l'eau et, en ce faisant il est également plus facile de s'adapter au réchauffement de la planète alors qu'en même temps son impact diminue. Mais les ressources nécessaires ne sont pas toujours disponibles, surtout pas dans le secteur des petits exploitants.
     
    Les options sur le tas incluent (liste non exhaustive naturellement): *
     
     
    Sur le terrain 
     
    • Le paillage pour réduire l'évaporation, éviter l'érosion et améliorer la fertilité du sol.
    • Le terrassement / contournement, le drainage et le piégeage / stockage des eaux de ruissellement de la pluie.
    • La plantation de haies, la plantation des contours pour atténuer le vent et les dégâts des eaux
    • La gestion plus efficace des ressources d'irrigation et de l'eau.
    • L'ombrage pour atténuer la brillance solaire accrue, réduire les variations de température et aider à retenir l'humidité.
     
     
    Dans le traitement 
      
    • Réduire la consommation de l'eau = les dépulpeurs respectueux de l'environnement.
    • Améliorer la gestion et l'élimination des eaux usées
    • Faire un usage efficace de toutes les matières compostables
    • Utiliser l'énergie solaire, c.-à-d. le séchage au soleil lorsque possible
    • Utilisation de sources d'énergie renouvelables pour le séchage mécanique
    • Faire un meilleur usage des sous-produits du traitement par voie sèche (le carburant, les briquettes de charbon de bois, les panneaux).
     
     
    Les options à long terme incluent 
     
    • Le renforcement des institutions
    • L'amélioration de l'accès à des données climatiques
    • La cartographie des changements climatiques possibles sur les zones caféières **
    • Améliorer la fertilité des sols
    • L'examen des différents modèles de production, par exemple plantation à haute densité. 
    • Développer / planter maladie des variétés résistant à la sécheresse et aux maladies.
    • Déplacement de la production vers des zones plus appropriées lorsque possible.
    • Développer des mécanismes de financement pour faciliter toutes ou certaines de ces options.
     
     
    La séquestration du carbone et des puits*** 
     
    • La comptabilité et la réduction de l'empreinte de carbone sur l'exploitation.
    • La détermination de la faisabilité de créer des puits de carbone négociables
    • Liaison des petits exploitants aux marchés de carbone pour exploiter les opportunités de l'empreinte carbone ****
     
     
     
    * Naturellement, beaucoup sinon tous ces éléments sont également favorisés par les différentes normes de certification et de vérification tel que le biologique, le Rainforest Alliance, l'UTZ certifié, l'Association 4C et les normes d'entreprises tels que les Pratiques Café de Starbucks et le Programme AAA de Nespresso
    ** Des exemples de cartographie climatique peuvent être trouvés à http://www.ciat.cgiar.org (contacter le Dr Peter Laderach, Centro Internacional de Agricultura Tropical ou Centre international pour l'agriculture tropicale de la Colombie à p.laderach@ciar.org) et à http://www.iac.sp.gov.br. (contact B. Marcelo Paes de Camargo, Instituto Agronomico - Campinas - IAC au Brésil à mcamargo@iac.sp.gov.br).
    *** Cette question est examinée dans la section 3.
    **** Les chances de l'empreinte carbone proviennent du désir de l'industrie dans les pays développés de réduire ou compenser leur empreinte carbone, c.-à-d. le montant total des émissions de GES causées directement ou indirectement par une organisation ou par un produit.