• back
  • 6.4.4-COMMERCE ÉLECTRONIQUE-LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DANS LA PRATIQUE

  • header fr
  • Le commerce électronique dans la pratique

     
     

    Contrat. Une fois qu'une affaire est conclue les détails du contrat sont immédiatement transmis aux principales parties à la transaction, à l'aide d'une plate-forme de messagerie sécurisée et du contrat standard XML. (XML signifie langage de balisage extensible.)

    Lien avec le back-office. Il est automatique, étant donné que les deux parties ont reçu la confirmation du contrat et que les informations ont été intégrées dans leurs systèmes de back-office par le biais de leur interface utilisateur. Les données du contrat sont à présent prêtes pour poursuivre l'exécution.

    Établissement du prix. Le prix est fixé soit en utilisant une place de marché électronique, soit directement entre les parties par opérations à terme via leur courtier, le réseau étant utilisé pour confirmer les transactions.

    Lettre de crédit. S'il le doit, le réseau est habitué à établir la lettre de crédit par le biais d'un message de la banque émettrice à la banque de l'exportateur.

    Instructions concernant l'expédition. Pour un contrat FOB l'importateur donne les instructions concernant l'expédition et les documents à l'exportateur et à la banque émettrice via le réseau. La banque émettrice envoie à son tour un engagement SURF à la banque de l'exportateur, en donnant le détail des documents commerciaux devant être présentés au titre de la lettre de crédit.

    Financement avant expédition. Sur la base de la lettre de crédit (ou autre type d'engagement) l'exportateur peut demander un financement avant expédition, en utilisant les protocoles offerts par les systèmes (et leur lien avec le système bancaire). Après approbation le responsable de la gestion des nantissements  de la banque sera automatiquement impliqué dans la transaction.

    Fret. L'importateur peut négocier le fret au travers du fournisseur de services électroniques d'un transporteur (INTTRA ou GTNexus, par exemple), confirmé par le biais du système de messagerie électronique du réseau.

    Expédition. L'exportateur signale que le café est disponible et réserve un conteneur par message électronique. (Incidemment, cela facilite aussi l'établissement du plan d'arrimage du navire.) L'importateur réserve la traversée et l'espace en cale avec le transporteur conformément à cet avis. Ces messages sont copiés simultanément aux autres parties concernées, par exemple les manutentionnaires chargés d'amener le chargement jusqu'au terminal d'exportation, l'entrepôt et l'organisme qui surveille le pesage et l'empotage. Bien entendu ce qui précède présuppose que toutes les parties concernées, y compris les douanes, aient actualisé leurs systèmes de back-office électronique en utilisant les données obtenues sur une interface Web ou en utilisant leur propre logiciel de gestion des documents.

    Connaissement. En utilisant les détails des instructions relatives à la réservation et aux documents précédemment reçues, le transporteur délivre un connaissement électronique et l'enregistre dans le registre de titres du réseau pour émission à l'exportateur. L'exportateur est notifié par ce système, et il endossera le connaissement pour la partie concernée, généralement la banque qui a financé la marchandise, qui est ensuite enregistrée en tant que détenteur du gage sur le connaissement. Le connaissement peut aussi être établi directement en faveur de la banque.

    Avis d'embarquement. Il est envoyé par le biais du réseau, en utilisant la norme XML pour les avis d'embarquement électroniques.

    Envoi. L'exportateur combine la facture commerciale aux autres documents d'exportation reçus des différents fournisseurs de services et autorités, et les rassemble dans un message réseau transmis par le réseau soit à l'acheteur soit à la banque.

    Vérification. Les documents sont vérifiés électroniquement sur la base des instructions enregistrées au titre de l'engagement. En cas de divergence, le système notifie toutes les parties et demande le refus ou l'acceptation des documents.

    Présentation des documents. Si les documents sont corrects ils sont transmis pour inspection et/ou approbation (conformément au protocole de la lettre de crédit) à la banque de l'importateur ou, dans le cas d'un paiement net à première présentation des documents directement en confiance à l'importateur. Lorsque la banque de l'importateur effectue le paiement, les documents électroniques sont automatiquement délivrés à l'importateur. Autre solution : la banque émettrice de la lettre de crédit, qui agissait en tant que détenteur du gage sur le connaissement, endosse le connaissement au nom de l'importateur une fois que le transfert électronique de fonds (EFT - electronic funds transfer) a été confirmé par le système de compensation SWIFT.

    Du côté du réceptionnaire. Avant l'arrivée du navire ou à son arrivée, le transporteur notifie toutes les parties concernées (importateur, agent de compensation, douanes, usine de torréfaction intérieure, etc.) de l'heure et de la date probables d'arrivée du navire, par XML. L'importateur règle le fret, remet le connaissement au transporteur ou à l'organisme d'expédition au port de destination, et envoie une copie du connaissement avec la facture commerciale à l'agent en douane,  tout cela par le biais du réseau électronique et simultanément. Une fois encore, chaque partie sait instantanément qui a dit quoi à qui.

    Livraison finale. Si le café est réexpédié vers une usine de torréfaction intérieure, des avis d'arrivée de la cargaison, des mandats d'échantillonnage et des ordres de livraison circulent automatiquement entre l'importateur et le torréfacteur. Si le torréfacteur opère sur la base de stocks gérés par le vendeur alors l'importateur dépose le café soit à une usine de torréfaction, soit à une station à conteneurs intermédiaire, ou encore dans un entrepôt ou un parc à silos en attendant la livraison finale. Tout cela passe par l'envoi d'instructions par le réseau aux agents de compensation, au transporteur routier et aux magasiniers. Là encore, tout le monde sait ce qui se passe, et le torréfacteur peut voir où se trouve le café.

    Pour finir l'importateur délivre une facture XML ainsi qu'un ordre de livraison au torréfacteur, avec copie aux agents de compensation, camionneurs et magasiniers. Dès le paiement, cet ordre de livraison fait office de transfert de titre conformément aux conditions établies dans le contrat type FEC ou GCA.