• back
  • 6.4.5-COMMERCE ÉLECTRONIQUE-RÉSULTAT FINAL ET GÉNÉRALITÉS POUR LE COMMERCE SANS PAPIER

  • header fr
  • Résultat final et généralités pour le commerce sans papier

     
     

    Ce qui précède est un scénario réaliste de l'exécution d'un contrat sur café de l'origine jusqu'à la livraison sur le marché de destination à un torréfacteur. Dans cet exemple les moyens électroniques de transfert de données sont utilisés au mieux sans qu'il soit nécessaire de ressaisir les documents, tel comme est le cas de eCOPS de l'ICE (voir la partie 06.01.04).

    Toutes les données émises électroniquement sont réutilisées par intégration back-office, ou en mettant les données à disposition par le biais de fournisseurs de services en ligne ou de places de marché électroniques, facilitant le commerce ou les services offerts par différents fournisseurs de services.

    Le processus peut sembler compliqué mais grâce à la messagerie électronique, à l'utilisation des normes XML et au transfert électronique sécurisé du titre et au règlement financier, les tâches administratives sont bien moins lourdes qu'avec les transactions sur papier. Les efficiences créées se traduisent par des baisses de coûts et des économies directes tout au long de la chaîne d'approvisionnement. Le raccourcissement des cycles de financement et la possible réduction des cycles du stock, une gestion facilitée, et l'amélioration de la marge brute d'autofinancement sont tout aussi importants.

    Comme nous l'avons mentionné au début (06.03), pour nombre d'exportateurs le processus décrit plus haut peut prendre de 15 à 25 jours entre l'expédition et la réception du paiement lorsqu'il implique la transmission physique de documents papier. Avec le système électronique, le transfert de documents, le transfert de titre et le règlement financier peuvent être réduits à quatre jours ou moins, en fonction de la complexité du processus et de l'état de préparation dans le pays exportateur.

    Perspective :  L'utilisation des systèmes back-office souvent reliés à plusieurs emplacements au sein des grandes entreprises est de plus en plus répandue et on peut s'attendre à ce que cette tendance continuera parce qu'elle contribue à un commerce du café plus efficace, plus sécurisé et moins coûteux. Cependant, conformément expliqué dans le sujet 06.01.02 et 03, la gestion de la chaîne d'approvisionnement électronique n'est pas largement utilisée dans le commerce du café et, autre que les liens avec les marchés à terme de New York et de Londres, la plupart des systèmes ne sont pas utilisés pour commercer le café vert. Pour de plus amples informations, visitez www.bolero.net , www.theice.com, www.coffeenetwork.com , www.eximware.com , www.commoditiesOne.com, www.iRely.com , et www.ekaplus.com  (Liste partielle)

    Mis à jour 11/2007