• back
  • 3.6.4-CRÉNEAUX DE MARCHÉ, ENVIRONNEMENT ET ASPECTS SOCIAUX-L'ORGANISATION DES LABELS FAIRTRADE

  • header fr
  • L'Organisation des labels Fairtrade

     
     

    Le rôle de FLO (Fairtrade Labeling Organization) consiste à :

    • Promouvoir le café Fairtrade sur les marchés de consommation (ceci est accompli pour les initiatives des labels nationaux).
    • Identifier et aider les groupes de petits producteurs pouvant prétendre figurer au registre des producteurs FLO de café, en d'autres termes obtenir leur certification FLO.
    • Vérifier le respect par toutes les parties concernées des principes Fairtrade, et garantir ainsi l'intégrité du label.

    Les labels Fairtrade visent à rendre visibles l'initiative ainsi que les producteurs concernés et les rendre ainsi commercialisables sur une base durable. Les labels permettent à FLO et à d'autres d'offrir un soutien et une publicité durables là où cela compte le plus - dans les pays consommateurs - par exemple en se faisant une image publique de qualité, de fiabilité et de respect des préoccupations socio-économiques et environnementales que les consommateurs reconnaissent et apprécient.
    Fairtrade ne prétend pas supplanter quiconque dans le cycle de commercialisation traditionnel et part du principe que chacun a sa place à condition que tous acceptent l'objectif Fairtrade qui est de vendre le plus gros volume possible de café de petits producteurs à un prix équitable : équitable pour les producteurs et les consommateurs. Les labels garantissent au consommateur le respect de ce principe en laissant la production, les achats, la transformation, la commercialisation et la distribution à ceux à qui ils reviennent, à savoir à l'industrie du café.

    Fairtrade est un programme de certification auquel peuvent adhérer tous les organisations de petits exploitants et petits torréfacteurs qui remplissent les critères établis. Mais en dernière analyse, le succès sur le marché de détail dépend du soutien des consommateurs.
    Fin 2001, quelque 200 groupes étaient inscrits, représentant environ 500 000 petits exploitants. À ce jour, une grande partie de cette production ne peut être absorbée par les labels Fairtrade; quelques groupes parviennent à vendre peut-être 50 % de leur production mais d'autres seulement 10 % environ, ce qui fait que l'offre potentielle dépasse la demande. En dépit de ces limitations le label est bien établi sur un certain nombre de marchés et des mouvements à la hausse supplémentaires sont attendus, non seulement dans les pays consommateurs mais aussi dans les pays producteurs dotés d'un marché intérieur substantiel (par exemple, le Mexique).
    La croissance des ventes est en accélération surtout dans les Etats-Unis, mais celles organisations de cultivateurs visant à se bénéficier de la croissance Fairtrade sur des marchés d'importation, elles devront d'abord décrocher la certification FLO. Voir 03.06.07

    Mis à jour 07/2007