• back
  • 1.4.3-LE COMMERCE MONDIAL DU CAFÉ-DIFFÉRENTIELS DE PRIX

  • header fr
  • Différentiels de prix

     
     

    Le café n’est pas une marchandise homogène; si elle l’était alors tous les producteurs recevraient le même prix. Chaque lot de café présente des caractéristiques, une saveur et une qualité uniques et c’est la raison pour laquelle son prix varie. Cependant, le café est habituellement traité comme une marchandise homogène et son prix est fixé en fonction du niveau établi sur l’un des principaux marchés à terme. L’essentiel du commerce du café fonctionne par conséquent sur la base de ce que l’on appelle un “differentiel de prix” ou un “prix à fixer” (voir 09).

    Ceci implique l’achat et la vente de café avec un prix exprimé en tant qu’écart par rapport au marché à terme, généralement sur une base FOB dans le pays concerné. Le principal marché à terme pour l’Arabica est New-York, alors que le Robusta se négocie principalement sur le marché à terme de Londres. Cependant, le prix de tous les cafés ne sont pas initialement fixés de cette manière. Le prix de certains, tels que les cafés en provenance du Kenya, est fixé par le biais du système national d’enchères, bien que sur le marché de la revente même le prix des cafés kenyans a tendance à être fixé sur la base d’un différentiel.

    Il existe toutefois une grande différence entre le marché de l’effectif du café (le marché physique) et le marché à terme. Sur le marché de l’effectif de lots réels de café sont négociés alors que sur le marché à terme ce sont des contrats de vente ou d’achat d’une qualité standard de café à une date ultérieure qui sont négociés. Les marchés de l’effectif et à terme sont nécessairement étroitement liés et jouent tous deux un rôle important dans la détermination du prix du café. Néanmoins, les prix sur les marchés à terme (section 08.00) reflètent les attentes quant à l’évolution de la situation et sont nécessairement spéculatifs, alors que les prix cotés sur le marché de l’effectif reflètent la disponibilité à court terme en particulier des quasi-substituts.

    Les torréfacteurs adoptent des techniques de mélange de plus en plus sophistiquées et sont à présent davantage prêts à substituer un café par un autre dans leurs mélanges, si, par exemple, des problèmes d’offre surviennent ou que le prix d’un substitut proche est plus attrayant. Étant donné cette aptitude à remplacer une origine par une autre, les torréfacteurs ont tendance à rechercher le meilleur rapport qualité-prix, en particulier lorsqu’il s’agit de produits facilement interchangeables, et il se peut qu’ils ne gardent pas nécessairement les mêmes types ou groupes dans leurs mélanges. En outre, la concurrence acharnée en termes de prix entre les torréfacteurs les encourage à rechercher les meilleures qualités aux prix les plus bas, surtout pour les substituts proches.


    1.4.3-fr
     

     

    Mis à jour 02/2011