• back
  • 10.8.8-LE RISQUE ET LE LIEN AVEC LE CRÉDIT COMMERCIAL-QUELQUES ERREURS ET FAUSSES IDÉES COURANTES

  • header fr
  • Quelques erreurs et fausses idées courantes

     
     
    • Les emprunteurs ne sont pas suffisamment francs. Si la banque à le sentiment que des informations ne lui sont pas communiquées, elle se demandera pourquoi. Quoi qu’il en soit, les banques ne veulent pas être dans l’incertitude – elles veulent avoir les choses bien en main. Le partage des connaissances est également bénéfique aux deux parties et permet à la banque d’être proactive.
    • Les demandes n’ont pas été suffisamment bien préparées, ce qui laisse une première impression mauvaise ou conduit purement et simplement à leur rejet.
    • Les emprunteurs ne sont pas conscients de l’importance des états financiers vérifiés par des entités indépendantes, établis par des auditeurs réputés.
    • Les systèmes de contrôle interne et de notification son insuffisants.
    • Les transactions fonctionnent lorsque tout le monde le souhaite – des changements soudains (météorologiques, de prix, l’acheteur qui fait faux bond, situation politique) peuvent modifier la situation et conduire à une défaillance dont personne n’est responsable.
    • Devenir propriétaire des stocks de l’emprunteur n’est pas réellement utile à la banque. Si ces stocks doivent être revendus à perte (10 % - 20 % ce qui n’est pas rare) de nouveaux prêts sur des années pourraient être nécessaires pour récupérer les fonds perdus.
    • Le système juridique local peut transformer en cauchemar la réalisation du nantissement ou le recouvrement de la dette, auquel cas un nantissement local, sous quelque forme que ce soit, y compris des récépissés d’entrepôt, peut s’avérer sans aucune valeur (ou presque).