• back
  • 5.2.3-LOGISTIQUE ET ASSURANCE-CAFÉ EN SACS EN CONTENEURS: PRÉVENIR LES DOMMAGES CAUSÉS PAR LA CONDENSATION

  • header fr
  • Café en sacs en conteneurs: prévenir les dommages causés par la condensation

     
     

    Lorsque l'on commande un conteneur au transporteur, il convient de préciser par écrit que le conteneur doit être adapté au transport du café vert, en d'autres termes aux denrées alimentaires, que vous vous réservez le droit de rejeter tout conteneur que vous estimerez inadapté, et que vous demanderez des indemnités en cas de pertes dues aux conteneurs inadaptés. Il ne s'agit pas là d'une mesure de protection garantie, mais elle éveillera l'attention du transporteur. Même ainsi, vous restez responsable du choix d'un conteneur adapté, rejetez donc fermement tout conteneur suspect sans distinction de quiconque soit le fournisseur.

    Utilisez un formulaire d'approbation du conteneur tel que celui donné en exemple en page suivante - il orientera le personnel responsable du chargement et lui rappellera aussi d'accorder à la chose l'attention qu'elle mérite. Une copie du document peut être placée dans le conteneur pour montrer que vous y avez prêté l'attention nécessaire.

    Le principe de base est que la condensation ne peut pas toujours être évitée mais il est possible d'éviter que la vapeur d'eau condensée ne revienne sur le café.

    • Techniquement, les conteneurs doivent être impeccables : étanches; exempts d'orifices et de corrosion sur le toit et les côtés; dotés de galets de verrouillage, de joints en caoutchouc  et de dispositifs de plombage intacts. Ils doivent toujours être balayés et propres et doivent être secs et exempts d'odeurs, sans marques d'eau ou de produits chimiques ou de tâches sur le sol.
    • Lorsque l'empotage a lieu dans les locaux du chargeur, ce dernier doit inspecter les conteneurs. Un inspecteur devrait pénétrer le conteneur et en fermer les portes. Si de la lumière du jour, quelle qu'elle soit, est visible alors le conteneur doit immédiatement être rejeté. Vérifiez également que tous les joints en caoutchouc des portes sont entiers et étanches.
    • Vérifiez si possible le degré d'humidité du plancher. Insistez au moins pour avoir un conteneur sec qui n'a pas été récemment lavé. Il convient de noter qu'il faut du temps pour que le sol sèche entièrement et que sans instrument vous n'ayez aucun moyen de vérifier le degré d'humidité du sol, lequel ne devrait pas excéder 12 % à 14 %.
    • L'inspecteur devrait aussi tout particulièrement chercher d'éventuelles odeurs persistantes en restant à l'intérieur du conteneur fermé deux à trois minutes au moins. Il arrive occasionnellement que des cafés arrivent avec une forte odeur phénolique qui les rend inutilisables. Une odeur ou un goût de phénol rappelle un désinfectant ou un agent nettoyant chimique tel que l'acide carbolique. Les inspecteurs devraient rejeter les conteneurs qui présentent la preuve qu'ils ont précédemment contenu une cargaison de produits chimiques ou qui portent une vignette ou une étiquette IMCO/IMO indiquant une marchandise dangereuse.
    • Pour de plus amples informations sur le Code maritime international pour le transport des marchandises dangereuses (IMDG) et les étiquettes marchandise dangereuse consulter le site www.imo/org, le site Web de l'Organisation maritime internationale. Il convient de noter que les cafés entachés par une contamination chimique ou une odeur feront à leur arrivée l'objet de réclamations allant de 50 % à 100 %, auxquelles doivent être ajoutés les coûts de destruction.
    • Les planchers en bois de conteneurs (si installés) devraient être traités contre l'infestation - Les détails de la méthode de fumigation peuvent être trouvés sur la plaque SCS (Convention sur la Sûreté des conteneurs) qui se trouve sur la porte des conteneurs . Ceci est important à cause des règles sur l'utilisation de bois comme matériel d'emballage (WPM) qui sont en force pour le transport international. Voir par exemple www.aphis.usda.gov - L'importation des matériaux d'emballage en bois.
    • L'empotage du conteneur devrait se faire à couvert, au cas ou une averse devait survenir. Les sacs devraient être sains : pas de sacs qui fuient, sont flasques ou déchirés; pas de sacs humides; pas de sacs tâchés.
    • Le conteneur ne devrait jamais être entièrement rempli en termes d'espace. Laissez toujours suffisamment de place au-dessus du chargement pour éviter le contact avec le toit en acier parfois chaud. (Ceci vaut aussi pour les expéditions en vrac.)
    • La meilleure pratique consiste à tapisser le conteneur à l'aide de carton ou de deux épaisseurs de papier kraft, de préférence ondulé, l'ondulation tournée vers la structure en acier, pour qu'aucun sac n'entre en contact avec le métal du conteneur. Lorsque l'empotage est achevé une double épaisseur de papier kraft devrait être appliquée sur le dessus des sacs et jusque par terre dans l'embrasure de la porte. Ceci permettra de faire en sorte que le papier absorbe au moins en partie toute condensation provenant du toit. Dans un conteneur entièrement tapissé vous aurez aussi du carton ou du papier kraft entre les sacs et les montants d'angle, à la jonction entre les murs à la verticale et le toit, à l'arrière du conteneur et aux portes, et couvrant également le dessus du chargement. Le carton est plus solide et préférable au papier kraft.
    • Les sacs secs ou dessicants  (dry bags) ont pour but d'absorber (en partie) l'humidité pendant la traversée. La quantité dépend des conditions locales mais les dessicants ne devraient être utilisés qu'avec l'autorisation préalable expresse du réceptionnaire. Nombre de réceptionnaires n'autorisent pas leur utilisation quelles que soient les circonstances et c'est à l'exportateur de déterminer leur acceptabilité.

     

    Mis à jour 11/2007