• back
  • 5.2.2-LOGISTIQUE ET ASSURANCE-CAFÉ EN SACS EN CONTENEURS: RISQUE DE CONDENSATION

  • header fr
  • Café en sacs en conteneurs: risque de condensation

     
     

    Il y a condensation lorsqu'une humidité est constamment présente dans l'atmosphère et les matières hygroscopiques (qui attirent l'eau) telles que le café contiennent normalement aussi une certaine quantité d'humidité. Le café dont la teneur en humidité dépasse 12,5 % (ISO 6673) ne devrait jamais être expédié, que ce soit en conteneurs ou en sacs, étant donné qu'au-delà de ce niveau le risque de condensation et de propagation de moisissures devient si élevé qu'il en est inacceptable. Les seules exceptions pourraient être le café de spécialité qui de par sa nature a une teneur élevée en humidité, tels que les cafés moussonés d'Inde.

    Nous ne voulons pas dire par là qu'une teneur en humidité de 12,5 % est acceptable du point de vue commercial pour tout le café - pour certains cafés, certaines origines et certains acheteurs elle ne l'est absolument pas. Le chiffre de 12,5 % représente simplement un seuil technique connu au-delà duquel le risque de dommage dû à la condensation et de moisissure pendant l'entreposage et le transport devient si élevé qu'il en est inacceptable. Les exportateurs qui expédient normalement leur café à une teneur en humidité inférieure à 12,5 % devraient sans aucun doute continuer de le faire. 

    Un nombre croissant d'acheteurs ajoute à présent une teneur en humidité maximale autorisée à l'arrivée dans les contrats d'achat. Dans les pays consommateurs des préoccupations grandissantes liées à l'innocuité des aliments et à l'hygiène laissent à penser qu'il est dans l'intérêt des exportateurs de se familiariser avec les exigences de leurs acheteurs à cet égard.

    Le café est souvent chargé dans des régions tropicales ou chaudes pour être déchargé dans des endroits où les températures sont bien plus basses. L'air chaud retient davantage de vapeur d'eau que l'air froid; lorsque l'air chaud et humide se rafraîchit pour atteindre le point de rosée (le point de condensation), il y a alors condensation. Le point de rosée est la température à laquelle l'air saturé se condense. 

    En d'autres termes, le café en provenance des pays producteurs transporté au cours de l'été de l'hémisphère nord est beaucoup moins exposé à des changements de température que lors de voyages pendant l'hiver de l'hémisphère Nord. Les navires peuvent alors arriver quand les conditions de neige et de glace sont très répandues, surtout dans le Nord de l'Europe et la Scandinavie. Bien entendu, de telles conditions sont entièrement hors du contrôle de quiconque, y compris les compagnies de navigation. Sur d'autres itinéraires, des marchandises peuvent être exposées à de multiples zones climatiques au cours du transit. Par exemple à partir des ports de  la Côte de l'Océan Pacifique tels que Guayaquil (Equateur) et Buenaventura (Colombie) à la côte Est des États-Unis (Océan Atlantique). Au cours du passage du Cap Hatteras dans l'Etat de la Caroline du Nord sur la côte Est des États-Unis pendant l'hiver, les navires peuvent être parfois exposés à une baisse de la température extérieure d'environs 20 degrés Celsius en juste quatre heures! **

    La seule réponse à tous ces événements liés aux conditions météorologiques est d'exercer le plus grand soin lorsque le liner est attaché au conteneur et pendant son empotage afin d'assurer le bon arrimage à bord du navire.

    Pour de plus amples informations sur le sujet et la conteneurisation en général, consulter par exemple le site www.tis-gdv.de Service d'information sur le transport de l'Association des assureurs allemands. Alternativement, contactez votre représentant local de la compagnie de navigation pour obtenir des informations sur l'empotage des conteneurs et de questions connexes.

    Cependant et en brief, pendant le transit la température à l'extérieur du conteneur baisse progressivement et le conteneur en acier laisse le froid passer de l'extérieur à l'intérieur des parois. À l'arrivée le toit et les côtés du conteneur sont froids, et de l'air chaud et humide se trouve au-dessus de la cargaison et à l'intérieur de cette dernière. L'essentiel de l'humidité aura été dégagé par les fèves de café elles-mêmes.

    Lorsque la température des parois passe en dessous du point de condensation de l'air à l'intérieur du conteneur, la condensation commence et se poursuit jusqu'à ce que le point de condensation de l'air à l'intérieur chute pour atteindre le niveau de l'air extérieur.

    Mis à part qu'il faut s'assurer que la teneur en humidité du café est acceptable, la condensation est pour ainsi dire inévitable et tout ce que l'on peut faire c'est essayer d'empêcher que la condensation ne retombe en gouttelettes sur le café. Si les changements de température sont progressifs et que suffisamment de temps s'écoule alors les fèves de café absorbent l'excès d'humidité dans l'air à l'intérieur du conteneur et le conteneur est à nouveau "sec". Mais les différences de température de 8 à 10 degrés voire plus sur de courtes durées entraînent inévitablement une condensation. Dans les cas les plus graves les gouttelettes d'eau, qui consistent principalement en de l'humidité détachée du café, se forment sur les parois internes, puis tombent sur la marchandise entraînant des dégâts dus à l'eau et des moisissures.

    En résumé, les différences de température conjuguées au facteur temps et à la vitesse des événements déclenchent l'émission d'humidité par le café. Si on lui en donne le temps la surface du café réabsorbe l'humidité. Si les choses vont trop vite ou si l'humidité est trop importante, alors le café ne peut pas réabsorber ce qu'il a dégagé et la condensation se poursuit tant que la différence de température entre l'acier du conteneur et l'air à l'intérieur de ce dernier est supérieure à 8 degrés. Démonstration simple : un verre de bière froide "transpire" car sa température est inférieure au point de condensation de l'air avoisinant. L'humidité à l'extérieur du verre est due à l'air ambiant, pas à la bière contenue dans le verre. Lorsque le verre se réchauffe, sa température atteint finalement ce point de condensation, ce qui fait que l'humidité à l'extérieur sèche à nouveau : elle s'évapore pour se refondre dans l'air ambiant.

    Dans les pays producteurs il y a condensation lorsque les conteneurs sont empotés à une altitude élevée où les températures sont élevées le jour et chutent rapidement la nuit, ce qui conduit au même scénario. Le risque est accru si des conteneurs remplis sont laissés à l'extérieur sous le soleil brûlant, les conteneurs ne devraient donc pas être empotés trop longtemps avant l'expédition.

    * Dans certaines régions, il y a des chargeurs qui habituellement expédient des fèves avec un haute taux d'humidité; mais le Guide du Café n'est pas en mesure d'exprimer une opinion à ce sujet.. 


    ** L'hiver en Finlande - navire porte-conteneurs recouvert de neige . . . .

     
    5.2.2-Container vessel
    Photographie offerte par Maersk Line Cargo Care (rayon de Bons Soins de la cargaison)