• back
  • 5.3.5-LOGISTIQUE ET ASSURANCE-PERSPECTIVES

  • header fr
  • Perspectives

     
     

    À la fin de 2007, le chargement de café en conteneurs, soit il en sacs ou en vrac, est devenue la méthode universelle et il est peu probable que aucun lot ne soit encore embarqué internationalement comme marchandise diverse ou cargaison détachée. En outre, les estimations sont que pas moins de 70 pour cent de tout le café classique commercé est aujourd'hui expédié en vrac. Puisque le café classique représente plus de 90 pour cent de tout le café commercé, il est donc probable que pas moins de 65 % du total de café commercé internationalement soit expédié en vrac. Mais le chiffre réel pourrait être (beaucoup) plus élevé. Malheureusement, des données exactes sur la quantité de café qui est transporté en vrac rapportée à celle en sacs ne sont pas disponibles, donc notre information repose sur le feed-back de sources d'exportation  et du commerce de café. Les grands torréfacteurs de café classique sont les principaux récepteurs de café en vrac et nombre d'entre eux n'acceptent aujourd'hui rien d'autre comme forme d'embarquement. Mais la proportion des chargements en vrac pour des importateurs et petits torréfacteurs, particulièrement ceux du café de spécialité, est beaucoup plus petite.

    Comme susmentionné, la plupart des grandes usines de torréfaction modernes n'acceptent plus le café en sac et les pays producteurs ou les exportateurs qui persistent dans l'utilisation des sacs devront faire transiter leurs cargaisons par des parcs à silos à destination. Là, le café en sac est vidé et transféré dans des silos en vue d'une livraison ultérieure en vrac, parfois après avoir été mélangé. L'opération est à la fois coûteuse et longue et va de plus en plus diminuer la compétitivité de ces fournisseurs de café de qualité classique qui ne peuvent ou ne veulent passer au vrac.

    Coût et commodité

    Les embarquements en vrac exigent moins de manipulation, coûtent moins cher en termes d'emballage, et font l'objet de taxes portuaires et de fret inférieures à celles qui frappent les cargaisons en sacs. Du côté des réceptionnaires, elles permettent d'éliminer les opérations manuelles et de réduire les coûts de transport, le produit étant présenté "prêt à être utilisé" à l'usine de torréfaction. Grâce à une planification juste à temps exacte et fiable, le café voyage de plus en plus directement de l'origine à l'usine de torréfaction.

    Les pays de l'Union européenne tiennent les importateurs directement responsables de l'élimination des déchets tels que les sacs en jute et en sisal, une tâche dont peuvent se passer les torréfacteurs. L'Union européenne exerce également des pressions de plus en plus grandes sur les transporteurs routiers pour qu'ils circulent en dehors des heures de pointe : le café en vrac se prête à cette évolution car dans les terminaux il peut être manipulé mécaniquement, en dehors des heures de travail normales.

    Des questions de sécurité des conteneurs et des expéditions sont constamment en recherche dans des domaines comme l'emballage sous vide du café vert; de scellées électroniques, y compris l'enregistrement des alarmes pour l'ouverture des portes ; le suivi par satellite; la sécurisation du transport intérieur; l'amélioration de dessicants et l'utilisation de matériel pour l'absorption de l'humidité (MAM); des différentes méthodes de nettoyage et de fumigation de conteneurs, etc.

    Des questions de sécurité des conteneurs et d'expéditions sont constamment en recherche dans des domaines comme l'emballage sous vide de café vert; de scelles électroniques, y compris l'enregistrement des alarmes pour l'ouverture des portes ; le suivi par satellite; la sécurisation du transport intérieur; l'amélioration de dessicants et l'utilisation de matériel pour l'absorption de l'humidité (MAM); des différents méthodes de nettoyage et de fumigation de conteneurs, etc.

    Mis à jour 11/2007