• back
  • 9.6.2-OPÉRATIONS DE COUVERTURE ET AUTRES-DIFFÉRENCES ENTRE LES OPÉRATIONS DE COUVERTURE ET LA SPÉCULATION

  • header fr
  • Différences entre les opérations de couverture et la spéculation

     
     

    L'on confond souvent opérations de couverture et spéculation. Dans les deux cas les opérateurs s'inquiètent des changements imprévus de prix. Ils prennent leurs décisions d'achat et de vente en fonction de l'évolution future escomptée du marché. Cependant, alors que les opérations de couverture ont principalement pour but d'éviter ou de réduire le risque de fluctuation des prix, la spéculation se fonde sur l'élément risque.

    Par exemple, il serait irrationnel de n'avoir qu'une couverture à la baisse si le marché est sûr d'augmenter. Faute d'être absolument certain de l'évolution du marché à terme, les opérations en couverture offrent un élément de protection contre le risque de fluctuation des prix, alors que la spéculation implique de prendre délibérément un risque lié aux fluctuations des prix, à la hausse ou à la baisse, dans l'espoir d'obtenir un bénéfice.

    Un des principes de la spéculation implique la possibilité de gain pour l'investisseur qui accepte une partie du risque transmis par l'opérateur en couverture. En d'autres termes, l'opérateur en couverture abandonne une possibilité moyennant un risque inférieur. Le spéculateur en revanche obtient une possibilité en échange du risque qu'il accepte. 

    Les acheteurs et les vendeurs de café qui visent à minimiser le risque de fluctuation des prix qu'ils encourent sur le marché d'effectif adoptent des positions opposées, ou des risques opposés, sur le marché à terme. Il existe à tout moment un certain nombre d'opérations de couverture à la hausse et à la baisse. Cependant, il est peu probable que la demande d'opérations de couverture contre les risques à l'achat équilibre exactement la demande d'opérations de couverture contre les risques à la vente.

    L'excédent qui découle des risques à l'achat et à la vente qui n'a pas été couvert par les opérateurs en couverture habituels est absorbé par les spéculateurs. Pour absorber les quantités considérables d'opérations à terme sur les bourses du café, de nombreux spéculateurs disposés à acheter un ou deux lots sont nécessaires. De même, d'importantes pressions à l'achat sont exercées lorsque les opérateurs ou les torréfacteurs prennent une couverture pour couvrir leurs besoins futurs. Les prix augmenteraient à moins que les spéculateurs soient disposés à jouer le rôle de vendeurs.

    Si les producteurs qui souhaitent se couvrir pouvaient toujours trouver des contreparties qui souhaitent faire de même, les spéculateurs ne seraient pas nécessaires. Cependant, il est peu probable que cette situation se produise régulièrement, en partie car les périodes pendant lesquelles les producteurs effectuent des opérations de couverture ne coïncident normalement pas avec les périodes pendant lesquelles les consommateurs essaient de se couvrir. Le spéculateur assure le lien entre ces deux différentes périodes et ces deux intérêts différents.