• back
  • 9.6.3-OPÉRATIONS DE COUVERTURE ET AUTRES-TYPES DE SPÉCULATEURS

  • header fr
  • Types de spéculateurs

     
     

    Quel que soit le marché à terme les opérations spéculatives peuvent être nombreuses. Les marchés du café ne dérogent pas à cette règle. Le marché de New York attire le plus l'attention et les opérations spéculatives à plus long terme peuvent atteindre 30 % des positions ouvertes. Les "day traders" peuvent représenter un pourcentage considérable du volume des opérations quotidiennes.

    Les day traders (spéculateurs à très court terme) sont appelés ainsi car ils liquident leur position au terme de chaque jour de cotation - ils ne conservent jamais de positions longues ou courtes d'un jour à l'autre. Les day traders sur café sont appelés "locaux" car nombre d'entre eux opèrent pour leur propre compte. Ils prennent des positions à très court terme (en minutes ou en heures) sur la base du flux des ordres sur le marché et sont en bonne position pour tirer parti des aberrations de prix causées par les autres intervenants sur le marché. Ils sont, par exemple, prêts à négocier à quelques points en dessous du niveau du marché s'ils estiment que la distorsion sera de courte durée et que les prix retrouveront leurs précédents niveaux. Les locaux peuvent ainsi liquider leurs contrats en tirant un bénéfice, même si ce dernier est parfois relativement modeste. Étant donné que les locaux perçoivent un taux de commission avantageux ils peuvent répéter cette opération plusieurs fois par jour.

    Les fonds d'intervention sur les marchés à terme sont la source la plus importante d'opérations spéculatives et leur puissance financière peut considérablement influencer l'évolution des prix. Les fonds opèrent sur une palette de mécanismes de déclenchement mathématiques tels que les moyennes mobiles, les indicateurs de tendance et de vitesse. Au fil des ans les systèmes qu'ils utilisent sont devenus plus complexes et sophistiqués et certains ont à présent parmi leurs stratégies des études de marché approfondies.

    Les gestionnaires de fonds disposent généralement d'un large portefeuille de marchés à négocier et considèrent donc le café comme une facette de leur gestion du risque générale. Un fond de couverture peut perdre sur le café et enregistrer un bénéfice sur d'autres marchés n'ayant rien à voir (titres ou devises) moyennant un bénéfice général. Les opérateurs professionnels sur café ne peuvent se permettre le luxe de cette diversification pas plus que le soutien financier du fond et ils doivent connaître les positions du fond sur le marché pour gérer leurs positions sur café en fonction. Les fonds de couverture prennent normalement des positions de bourse à plus long terme.

    Tant les maisons de négoce sur café que les gros spéculateurs autres que sur café prennent des positions stratégiques sur le marché à terme. Ces positions peuvent consister à anticiper une évolution ou à tirer parti d'écarts de prix entre différentes positions de bourse, par exemple des switch avec décote sur le même marché ou un arbitrage entre les marchés de l'Arabica à New York et du Robusta à Londres.

    Les spéculateurs non professionnels opèrent sur les marchés des marchandises sur lesquels ils ont des chances de connaître des variations de prix soudaines et qui recèlent donc un bénéfice potentiel plus grand. Ils se laissent généralement guider par les informations et commentaires émanant de sources de deuxième main telles que les bulletins publiés par les courtiers, les quotidiens et, plus récemment, les informations sur Internet. Cette catégorie de spéculateurs comprend normalement des petits investisseurs, dont bon nombre se fient aux conseils des maisons de courtage ou commissionnaires.